Les trésors des grottes d’Isturitz et Oxocelhaya dormaient sous terre depuis déjà plus de 80 000 ans. Situées sous la colline de Gaztelu, elles font partie de ces rares sites archéologiques qui regroupent toutes les facettes de la vie des hommes de Cro-Magnon et de Néandertal. A la fois lieu d’habitation et lieu de rencontres, les grottes d’Isturitz et Oxocelhaya ont fait l’objet de fouilles qui ont mis au jour pas moins de 70 000 vestiges, sans compter les peintures rupestres qui ornent les murs.

L’art pariétal est particulièrement bien conservé dans la grotte d’Isturitz. Elle se compose de deux salles qui accueillent toujours touristes et chercheurs qui échangent sur leurs trouvailles. La cavité d’Isturitz est reliée à celle d’Oxocelhaya par un boyau creusé dans les années 50. La deuxième grotte semble avoir servi essentiellement de sanctuaire aux hommes préhistoriques. Elle se distingue par ses concrétions millénaires qui réjouiront les archéologues en herbe. Si les grottes d’Isturitz et Oxocelhaya sont les plus connues des environs d’Espelette et de la colline du Gaztelu, elles ne sont pas les seules à trouer le sous-sol du Pays basque intérieur. Une troisième cavité fait partie de ce site, Erberua, visitée pour la première fois dans les années 1970.

Ensemble, les trois grottes d’Isturitz et Oxocelhaya et Erberua confirment que l’occupation humaine a commencé très tôt et a été très intense dans les contreforts des Pyrénées. La présence d’objets de différents styles et de matières premières différentes atteste que les échanges entre le nord et le sud de la barrière montagneuse ont commencé dès la Préhistoire.